Quand l'échec de la FIV fait mal...

Publié le 3 Mars 2015

Quand l'échec de la FIV fait mal...

Le mois dernier, je vous parlais du fait qu'il manquait une pièce à mon puzzle et qu'avec mon mari, nous tentions de le compléter. Nous avons fait une première tentative de Fécondation In Vitro, qui à la lecture du titre vous l'aurez compris, a été un échec. Faire une FIV est une expérience difficile à vivre qui marque le couple à jamais que cette expérience ait réussi ou qu'elle ait échoué.

En quelques mots, je vais vous décrire notre premier essai. Le traitement de stimulation ovarienne est lourd : Une piqûre chaque soir à la même heure, des échographies et des prises de sang tous les 3 à 4 jours avant d'aller au boulot. Le stress des appels de la sage femme pour nous dire quelle va être la suite du traitement. Puis, vient le jour de la ponction. J'avais demandé une anesthésie générale, j'en ai eu une mais elle était tellement légère que je me suis réveillée avant la fin de l'intervention. J'étais complètement paniquée, en larmes, je ne savais plus où j'étais, pourquoi j'étais sanglée... Bref, un vrai cauchemar. A l'issue de la ponction, nous voyons la biologiste qui nous annonce que 13 follicules ont été prélevés. Avec « Super Gygy », elles ont décidé d'en mettre en FIV et en ISCI ( Injection intra-cytoplasmique). Nous rentrons à la maison avec l'espoir que cela fonctionne. Deux jours après, la biologiste nous apprend que la FIV n'a pas fonctionné mais que nous avons 2 embryons qui se sont développés en ISCI. Elle m'annonce que nous ferons le transfert demain. Bonne nouvelle même si du coup cela veut dire pas d'embryons congelés. Puis les questions me viennent après... pourquoi il n'y en a que 2? est ce qu'ils vont tenir jusqu'à demain?

Le lendemain, c'est le jour du transfert. Minidoux et Mininoux sont en route, c'est un moment émouvant. A l'échographie, on nous montre un point blanc et on nous dit, c'est bon, ils sont bien là.

J'ai 2 embryons dans mon ventre... je les aimes déjà... ce sont mes amours et je ne veux pour rien au monde qu'ils partent...

Et voilà, c'est parti pour 15 jours d'attente interminable... honnêtement je ne souhaite ça à personne!!! c'est de la torture pure et simple, le plus terrible dans tout ça c'est qu'il n y a aucune prise en charge psychologique... comme si tout ce que nous vivons était facile et que notre souffrance, nos craintes, notre douleur et tout ce qui va avec l'infertilité ne comptaient pas!

Du jour au lendemain, on passe d'une période rythmée par les rendez-vous médicaux à une période d'attente où la solitude pèse. La seule consigne qui nous a été donnée est de reprendre le cours de notre vie. Mais comment faire quand matin et soir vous devez (pardonnez moi pour ce moment très peu glamour) mettre une ovule vaginale ? Non, parce que ça en temps normal je ne le fais pas moi ! Donc comment ne pas penser à ces bébés qui n'en sont pas encore et reprendre le cours de notre vie?

Puis, vient le jour du verdict, la prise de sang. On ouvre l'enveloppe et là c'est encore négatif... je ne suis pas enceinte... ça n'a pas marché. Les loulous ne se sont pas accrochés. J'ai tellement mal que je ne peux plus parler, ni respirer. Un poids s'abat sur nous. Mon mari et moi sommes assommés par le verdict.

Paradoxalement, je ne pleure plus, je suis exténuée, je n'en peux plus de tout ça... J'ai changé, je suis devenue quelqu'un de différent, je ne me reconnais plus, certes j'ai eu le courage de me battre jusque là, j'ai accepté, j'ai serré les dents, mais là, j'en ai assez de montrer mes fesses, d'être touchée par docteur untel et untel et puis untel..., je ne veux plus entendre « Pense à autre chose ! », « il faut être patient, vous verrez », « tu te mets trop la pression »... ou tout ces poncifs que les gens qui pensent bien faire peuvent me dire... Je veux tourner la page mais je veux aussi avoir droit au bonheur d'être maman.

Je me sens coupable, mais surtout impuissante car sans l'aide des médecins, je ne peux pas avoir d'enfant. Il va falloir tout recommencer et je ne suis pas certaine d'en avoir la force.

Cet échec, il fait mal, très mal. Parce que j'ai tout fait dans les règles, parce que je me suis soumise à tout ça sans résultat, parce que je me suis sentie agressée dans mon intimité, mais que j'étais prête à tolérer tout ça mais hélas, il n'y a pas eu d'enfant.

Rédigé par Perli Popette

Publié dans #blabla..., #PMA, #pmette, #désir d'enfant, #fiv, #echec fiv, #isci, #cri du coeur

Repost 0
Commenter cet article

Karine 31/07/2017 22:02

Faire le recours à fiv don était un grand changement et succès en meme temps pour nore couple. Notre chemin a duré longtemps avant que j’ai arrivé à tomber enceinte. Tout est la faute de mauvaise fortune! Car j’ai perdu deux trompes de fallopes suite à des grossesses extra utérines. Après ça les recours à fiv mes ovocytes sont devenus incapables à concevoir. Et comme ça en changeant des cliniques durants mes fails je suis arrivé à Biotexcom. Ici j’ai du faire fiv don et la raison de le faire dans ce centre était une grande base des donneuses. Donc les ovocytes obtenus d’une donneuse dans cette clinique garantient la ressemblance phénotypique entre notre couple et l’enfant. Et peu important les détails, j’ai réussi à tomber enceinte grace à fiv don. Je suis heureuse d’avoir retrouver ce centre. Puisque finallement, je ne sais pas comment mon destin fut changé.
Mais dès notre victoire la vie continue son coulement ! Après les longues procédures du traitement tous les trois déjà, nous sommes été épuisés. Une belle vacances était absolument nécessaire. Surtout parce qu’on se rends compte maintenant de la fragilité de grossesse! Je n’ai ajmais vu mon mari ausi tendrement préoccupé pour moi =^_^= Un vrai ange! Alors on a choisit de découvrir un lieux calme et paisible au nord de l’Italie!
On voulait aller dans les montagnes, mais pas trop haut. Et on ne voulait pas rester en France. Donc une petite ville Lecco situé à bords du lac de Como a attiré notre attention. D’ici on peut facilement aller visiter les villes plus touristiques comme Varena par exemple. Mais en restant dansun lieux plus calme et beaucoupmoins cher. Et le plus important à 10 mins de la ville se trouve Pizzo Erna. Ce sont au fait les PréAlpes. Les sentiers cachés vous emmenent au fond des montagnes. La nature magnifique et les paysages à couper le souffle.
A vrai dire je m’inquietais si je peux faire ce genre de repos actif. Je pensais que l’embryon peut se decrocher si je marche trop. Pour faire disparaitre mes craintes j’ai consulté ma gynéco. Elle m’a expliqué que les proménades ne peuvent faire aucun mal. Au contraire il est nécessaire de se promener. L’air des montagnes fera du bien pour moi et pour l’enfant. Ma médecin m’a prévenue d’éviter de porter les choses pésantes et la fatigue. Et aussi elle m’a conseillé d’éviter les bains chaudes et très froides. Parce que ça peut provoquer une fausse couche ! Hors de question que je nage dans les rivières de la montagne. Ce n’est pas que je ne le savais pas, mais maintenant je m’en souvenais mieux !
Comme ça, rassurée et heureuse je suis partie en route avec mon époux. On doutais si on doit partir en véhicule ou en train. A la fin on a choisit de prendre un avion jusqu’a Milan et puis le train jusqu’à Lecco. C’est ce qu’on a fait. La route c’est passé bien. Je me sentais très bien aucune fatigue ou toxicose. Je crois que j’étais trop heureuse de porter un enfant. Dès les premiers jours de la grossesse je sentais un liaison fort avec mon petit. Meme avant la première pds!
Pour le moment j’ai réalisé qu’une autre partie de ma vie commence. Parfois je pense de ne pas etre prete, meme après tout le temps qu’on a du attendre. Je veux dire, autant de questions sur mon future enfant. Surtout le traitement du nouveau-né. Ils sont tellement fragiles les nourissons! A chaque nouvauté leur organisme donne une reponse forte ... Genre de fièvre pour n’importe quel microbe. Et puis les dents commencent à poucer.
Bref j’ai pris de la litérature pour les futures parents et je m’en occupais tout le long de la route. après 4h de la lecture je me suis calmé. Ou ennuyée plutot ! =)))
Dans les montagnes j’ai repris une harmonie spirituelle étonnante ! Depuis le bilan d’infertilité je ne me suis jamais senti tellement Zen ! Meme quand la grossesse fut approuvée, c’était différent. C’était de la joie, mais aussi une agitation énorme. Maintenant il n’y avait aucune agitation. Je crois que j’ai finallement réalisé ce qui se passe. J’ai compris que c’est une toute nouvelle page pour nous. Maintenant nous sommes parents. Et je porte notre enfant sous mon coeur.
On n’était plus en deux mais en trois dans notre famille. Et c’est notre voyage ensemble. Notre premier voyage !!! =))) Donc c’est le temps pour prendre plein de photos. Meme si le ventre ne se voyait pas encore. On a vécu cette vaccance en Italie comme à paradis. Chaque jour les proménades dans la nature. Et chaque sentiers est tellement unique ! Où l’air est frais, pure. Rien à comparer avec l’air d’une mégapole !

Camille 25/06/2015 21:06

Bonjour,

je tombe un peu par hasard sur votre blog et oh combien vos mots me parlent ... Je viens d'apprendre l'échec de ma fiv icsi il y a 3 jours et c'est une douleur immense, je l'aimais déjà ce petit embryon ... Je suis de tout coeur avec vous et espère une fin heureuse.

Courage

Perli Popette 10/08/2015 16:59

Bonjour Camille,
Désolée de vous avoir laisser seule durant tout ce temps sans réaction de ma part. Ma seule excuse est la pause concernant mon blog.

J'espère que vous arrivez petit à petit à faire le deuil de cette tentative et que vous reprenez des forces pour pouvoir vous relancer dans le parcours difficile mais pas impossible qui est le notre. Courage à vous, moi aussi je suis de tout cœur avec vous pour que la prochaine fois vous puissiez au bout du compte tenir votre enfant dans vos bras.

Chirurgien 30/03/2015 14:23

C'est vrai qu'une telle situation ne peut pas être accepté aussi facilement mais il faut tout de même avoir le courage pour la surpasser.

Sandra 09/03/2015 17:34

Ma douce Nathalie. A la lecture de ce post, je n'ai qu'une envie: te prendre juste dans mes bras, sans dire un mot... Je pense très fort à toi. Bisous

Coco 03/03/2015 16:03

Coucou ma Nathy !!!!
que te dire !!! je compatie et ai mal pour vous deux !!! il faut laisser passer le temps de digérer cet échec et vous ferez en votre âme et conscience !! je suis sûre qu'un jour tu te réveilleras avec le courage de refaire cette longue et douloureuse tentative !! si besoin je reste à ton entière disposition si besoin et suis impatiente de vous voir le 8 mai gros gros bisous et bon courage

Perli Popette 04/03/2015 08:05

Merci Corinne! Bises!